Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

Cosplay ≠ Consentement

Poster un commentaire

cosplay consent 16bit sirens

Cosplay ≠ Consent. C’est le nom d’un projet destiné à éveiller les consciences aux problèmes de harcèlement – aussi bien physique que moral – des cosplayeurs, une claque de plus dans la communauté geek.

C’est Sushi Killer, une rédactrice de 16-bit Sirens, mais surtout une de ces nombreuses cosplayeuses qui en ont assez, qui en est à l’origine.

Le cosplay, une de ces nombreuses pratiques qui nous vient du Japon – pays du Soleil Levant, mais surtout origine d’une énorme sphère de la culture geek -, est loin d’être exempt de tout sexisme. En quoi ça consiste ? Composé des mots anglais « costume » et « playing » (=jeu), le cosplay est une activité qui consiste à jouer le rôle de ses personnages préférés (généralement issus de mangas, d’animation japonaise, de films ou encore de jeux vidéo) en imitant leur costume. Véritable discipline, ses pratiquants s’illustrent surtout lors des fameuses conventions qui rythment l’année.
Si la plupart de ces personnages sont adeptes de tenues découvertes, c’est toute la communauté qui semble atteinte du même mal : parce qu’ils sont déguisés, les cosplayeurs sont dépossédés de leur corps et subissent des attaques verbales ou des attouchements inappropriés.

En mars dernier, Meagan Marie, une fameuse cosplayeuse ose élever la voix et dénonce la façon dont certaines personnes issus de l’industrie du jeu vidéo traitent les cosplayeuses : des morceaux de viande, disponibles pour le plus grand plaisir des yeux masculins. L’incident déclencheur – bien sûr circonscrit aux média anglophones et dissimulé derrière la bien-plus-importante sexy attitude de la cosplayeuse – a lieu lors de la PAX, un salon américain dédié aux jeux vidéo. En Lara Croft (ce personnage qui n’arrête pas de faire jaser) à l’occasion de la sortie du dernier opus du jeu éponyme, un groupe de jeunes femmes fait l’objet d’une étrange question de la part d’un journaliste spécialisé. Il voulait savoir ce que ça faisait « de savoir qu’aucun des hommes dans cette salle n’était capable de les satisfaire au lit« . Meagan Marie « a tenté de se calmer avant de marcher vers lui et son cameraman  et de lui faire savoir que c’était vulgaire et peu professionnel de mettre ces jeunes femmes mal à l’aise ». Ce à quoi elle se verra répondre qu’elle « [était] une de ces féministes hypersensibles » et que « les filles sont habillées sexy, donc, elles ne demandent que ça« .  La carte du « cosplay = consentement » avait été jouée.

Meagan Marie - Cosplay : Lara Croft

Meagan Marie – Cosplay : Lara Croft

Cet événement est peut-être loin d’être le plus grave ou le plus marquant. Mais les cosplayeurs, hommes comme femmes, débordent d’histoires les plus horribles les unes que les autres, allant de l’attouchement, aux photographies indécentes sans consentement, en passant par les propositions sexuelles (même enrobées de sucre) et les insultes.

Inspirée par #IneedFeminismBecause, le projet CONsent veut souligner l’importance de traiter les cosplayeurs avec respect, à travers des témoignages et une galerie fournie. Prendre l’apparence d’un personnage – qu’il ait une apparence jugée sexy ou non – ne veut pas dire « oui ». La volonté non-déguisée des créateurs des industries créatives de donner à voir des protagonistes sexués et sexuels à un public masculin ne fait pas des cosplayeurs des poupées. Leur déguisement ou leur aspect irréel, voire matériel, n’en fait pas des objets.  Les cosplayeurs sont des personnes à part entière. Et ils disent « non ».

Chacun peut ajouter sa pierre à l’édifice. Tous les témoignages sont les bienvenues – texte ou image.
Cosplayeur : faites-vous photographier avec une pancarte « Cosplay ≠ Consent » ou le texte qui vous paraîtra approprié.
Amateurs de conventions, si vous prenez un photographe en flagrant délit de shooting sans autorisation, prenez-le en photo et soumettez-le sous le hashtag #CaughtCreep, via la page Facebook des 16-bits Sirens, leur Instagram, Twitter ou Tumblr (#CONsent).
Photographes, si vous voulez contribuer, n’hésitez pas non plus.

consent_cosplay_dont_touch_my_butt

Les Dégenreuses soutiennent évidemment les Sirens et Sushi Killer dans ce projet et se feront relais si besoin est, pour un public francophone. Le phénomène est pour l’instant principalement limité à la sphère anglophone, aussi n’hésitez donc pas à nous transmettre vos témoignages et photos en commentaire sur cet article ou par mail.

On espère que l’initiative sera aussi efficace que le chant des sirènes sur les navigateurs du harcèlement.

Publicités

Auteur : borderblue

Elfe invocatrice, accesoirement étudiante en Marketing & Communication. Rôliste et MJ à ses heures perdues. Amatrice de MMORPGs au point d'être GM, de littérature (de qualité littéraire, j'y tiens) fantasy, fantastique et parfois SF, de cases et de bulles d'ici et d'ailleurs. Nippophile et adoratrice de Nintendo. Geek depuis Sonic et la MegaDrive. Féministe avant même de le savoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s