Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

Les péripéties de ELLE

Poster un commentaire

edito

Ces derniers temps, le magazine ELLE (dans son édition française) défraie la chronique et commence à taper sérieusement sur les nerfs de bon nombre de personnes. D’excuse bidon en édito ronchon, le magazine tente tant bien que mal de se justifier. Mais les internautes ne sont pas dupes. Retour sur les péripéties de ELLE.

La polémique autour du magazine a commencé à enfler ces derniers jours suite, notamment, à la publication d’une interview de Aldo Naouri (à lire ici), dans laquelle le pédiatre explique qu’il a recommandé à un de ses patients le viol conjugal. Sans qu’il y ait de réaction de la part de la journaliste l’interviewant. Comme si ça ne posait pas problème. Les commentaires sous l’article déplorent que le magazine laisse une tribune à ce médecin. Mais le magazine ne s’excuse pas, ni ne retire l’article. Les réactions sur les réseaux sociaux ne se font pas attendre, mais encore une fois, aucune réponse de la part de la rédaction.

Image 4

La journaliste Gaëlle-Marie Zimmermann lance alors sur son site une pétition pour réclamer à ELLE et à Aldo Naouri des excuses publiques. A l’heure où j’écris ces lignes, la pétition a été signée par près de 280 personnes. Hommes, femmes, issu·e·s du monde médicale, militant·e·s, écrivain·e·s, et êtres humains tout simplement.

Mais ELLE n’en est pas à son coup d’essai. Ainsi, il y a quelques mois, le magazine nous gratifiait d’un article titré « La Pipe, ciment du couple » qui est bien décortiqué ici par Gaëlle-Marie Zimmermann. Il y a quelques semaines, on pouvait apprendre que si on n’est pas sortie avec une fille à 40 ans, « on a raté sa vie« , qu’avoir une aventure lesbienne, c’est obtenir « une crédibilité swag » et devenir le centre de l’attention devant la machine à café (comment ça c’est pas votre ambition ultime ?).

2161363952642

A l’heure où l’homophobie est plus que présente en France, cet article a de nouveau fait un tollé. Devant les réactions outrées sur Twitter, la rédaction a quand même décidé de réagir. De plates excuses ? Un article contre l’homophobie ? Non non non, ELLE n’a rien trouvé de mieux que de se fendre d’un laconique « Dites, c’est juste du second degré. ». Pour compléter le tableau, la directrice de la rédaction Valérie Toranian a twitté hier « Partage des tâches ménagères est ce que le niveau d’exigence des femmes n’est pas trop élevé ?». Elle s’est alors vue répondre que demander l’égalité n’est pas « une exigence trop élevée». Aujourd’hui son tweet a été supprimé de son compte. Bref, ELLE traîne pas mal de casseroles et déclenche régulièrement la colère des féministes.

Mais aujourd’hui, un nouveau cap a été passé pour le magazine. En effet, un édito publié le 8 Avril a commencé à attirer l’attention des internautes. Intitulé « Vous voulez rire ? » et signé Alix Girod de L’Ain, cet édito résume la mauvaise humeur de la journaliste qui se plaint de ne plus pouvoir rire de rien sans vexer personne. Elle appelle à résister et à la laisser « écrire les choses les plus absurdes possibles ». Bref, l’édito pourrait se résumer à « Ouin, les méchantes féministes 2.0 nous empêchent de faire des blagues sexistes/homophobes, c’est trop nul, résistons contre l’oppresseur !». Bien entendu, les commentaires ont rapidement dénoncé l’ineptie de cet édito.

Image 3

Image 4

Les réactions sur Twitter ne sont pas en reste pour dénoncer ces journalistes qui tapent sur le « politiquement correct » et se réclament du second degré pour dire les pires horreurs. Quelques internautes ont alors eu l’idée de créer un hashtag #TaGueuleELLE pour signaler au magazine leur mécontentement.

Image 5

Comment réagira le magazine à ce nouveau retournement de situation ? ELLE s’embourbera-t-il dans des explications foireuses ou la rédaction prendra-t-elle enfin conscience des clichés sexistes véhiculés par son magazine ? Affaire à suivre !

EDIT du 19/04/2013 : Suite à la polémique, le magazine ELLE a tenu à interviewer de nouveau Aldo Naouri qui a tenu à dire qu’il regrettait ses mots « dans la mesure où son propos a été extrait de son contexte et pris au premier degré ». Il reste qu’utiliser de tels mots dans une visée « thérapeutique » semble tout de même douteux. Un article de Libération revient d’ailleurs sur d’autres propos d’Aldo Naouri qui nous laisse penser qu’il ne comprend visiblement pas la portée douloureuse de ces mots.

Publicités

Auteur : Red F0xx

Étudiante en marketing et communication, aime traîner sur l'interweb mondial, membre de l'Eglise de la Licorne Rose Invisible (Blessed Be Her Holy Hooves).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s