Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

Google & le sexisme 2/2

9 Commentaires

infirmier-e

Après avoir rendu compte des recherches fréquemment faites dans Google et des préjugés sexistes existant dans notre société dont elles témoignaient, penchons-nous sur les résultats de recherche d’image. Effectuant fréquemment des recherches d’images assez variées dans le cadre de mes études, j’ai été frappé par les résultats proposés. Vous pouvez chercher n’importe quoi, si vous casez le mot « femme » ou un métier féminisé dans votre recherche, il y a de fortes chances pour que vous tombiez sur des images de femmes dans des tenues et/ou des poses allant du sexy au pornographique. L’inverse, par contre, ne se rencontre quasiment jamais. Rechercher des images d’homme ne vous livrera pas d’images à connotation sexuelle.

N.B. Il n’y a pas de problème en soi avec les images sexy ou pornographiques. Cet article ne fait que constater le fait que les recherches d’image avec un intitulé au féminin renvoient dans l’immense majorité des cas à ce type d’image alors que la recherche de base ne visait pas à trouver ces images connotées.

Entrons dans le vif du sujet et prenons quelques exemples : si vous cherchez une image de policier et que vous tapez « policier » dans Google Image (avec SafeSearch en modéré, le réglage par défaut), vous allez avoir ce genre de résultats :

Policier

On trouve effectivement des photos et des dessins de policiers, ainsi que quelques caricatures. Rien de très sorcier. Mais si on cherche « policière » ou « femme policier », on obtient les résultats suivants :

Image 3

Images pour « policière »

Image 2

Images pour « femme policier »

Au milieu des quelques images de vraies femmes policières, on trouve des photos de « déguisements » et de femmes policières sexy. Si on désactive le SafeSearch, les images renvoyées présentent également des femmes en sous-vêtements et dans des postures encore plus sexy. Bref, si vous recherchez réellement une femme policière pour illustrer un quelconque projet, vous allez galérer.

Autre exemple encore plus édifiant, cette fois-ci réalisé avec le SafeSearch désactivé. Imaginons que vous cherchez une photo d’un « homme français », vous allez trouver ça :Imge 3

Des photos de célébrités ou de lambdas français, bref, on obtient à peu près ce qu’on voulait. Mais si on cherche une « femme française », alors on tombe sur ça :

femmefr

Résultats de la page 2

Au milieu des photos de quelques actrices françaises et des femmes en bikini, on trouve des images à caractère pornographiques (cachées par mes soins par des carrés noirs). Certes, c’est le « risque » lorsque la fonction SafeSearch est désactivée. Mais ces images n’apparaissent pas lors de la recherche « homme français ». Seule une mention au féminin fait ressortir ces images.

Vous avez compris le principe, si votre recherche contient une référence au féminin, alors il y a une forte probabilité pour que le résultat de la recherche contiennent des images montrant des femmes dans des déguisements sexy, en lingerie ou nues, dans des poses connotées sexuellement ou engagées dans des activités sexuelles. Je tiens à souligner que la fonction SafeSearch fonctionne plutôt bien, et qu’une fois activée, on ne tombe que très rarement sur du contenu pornographique. Mais même en écartant les images pornographiques, les images obtenues sont pleines d’enseignement concernant la représentation des femmes. Le mot « femme » accolé à n’importe quel mot renvoie à des femmes sexy, jeunes et minces, légèrement vêtues qui posent pour le plaisir des yeux de l’internaute. J’ai testé avec pas mal de mots a priori innocents (« fleur », »table », « tigre », « vélo »), et ils renvoient tous dès les premiers résultats aux images décrites ci-dessus.

Encore un dernier exemple illustrant cet état de fait. Il vous permettra également d’imaginer mon désarroi lorsque j’ai eu à chercher une photo de femme armée pour illustrer une présentation scolaire sur le marché des armes à feu. Les six premiers résultats pour la recherche « femme arme » (SafeSearch activé) sont donc les suivants :

Image 5

Une nana en bikini, des porte-jarretelles, une nana en petite culotte, une « femme fatale » et encore une nana en petite culotte et moue coquine. Seule la deuxième image n’est pas connotée sexuellement. Autant vous dire que j’ai un peu galéré pour trouver des images NORMALES d’une femme habillée tenant une arme à feu sans regard coquin ni pose suggestive. Sur certains sujets, on en est en effet réduit à fouiller et ramer pour trouver une image représentant une femme non sexualisée. Bien entendu, ce n’est pas « Google » qui décide sciemment de faire ressortir ces images. C’est l’algorithme qui se cache derrière le moteur de recherche qui en prenant en compte les recherches les plus fréquentes et les images mises en ligne par les internautes, en arrive à proposer ces images. Par exemple,  les internautes postent très peu d’images de femmes policières (des vraies), mais beaucoup d’images de femmes déguisées en policière sexy, et beaucoup d’internautes cherchent des images de femmes policières sexy, mais très peu cherchent des images de vraies femmes policières. En conséquence de quoi, dès que vous recherchez « femme policière », l’algorithme va vous sortir des images de femmes policières sexy, car c’est ce que les internautes postent et recherchent le plus. Google va donc supposer que c’est ce que vous, internaute lambda, voulez avoir comme résultat, même si vous ne cherchez qu’une image de femme policière dans l’exercice de son métier.

Ce qu’on peut en tirer ? Eh bien, à nouveau, Google agit comme un miroir de la société. Et ce miroir nous montre une énième fois que le corps de féminin est beaucoup plus fréquemment érotisé que le corps masculin. Comme précisé au début de cet article, il n’y a pas de problème en soi à chercher et regarder des images de femmes sexy. Le problème qui peut se poser vient du fait que 1) ces images surgissent sans qu’on les recherche en particulier 2) il s’avère parfois difficile de trouver une image de femme « normale ». Cela en devient fatiguant, vraiment lassant et un brin aliénant de constater sans cesse que les femmes sont ramenées à leur statut de « jolies choses décoratives », et de « nana sexy avec une arme/un vélo/un pot de fleur/whatever ».

On va me dire que « c’est pas grave« , que « dans la vraie vie, on sait bien que les femmes militaires ne se battent pas en bikini« . Sauf que internet n’est pas entièrement déconnecté de la vraie vie. Internet ne sort pas du néant, internet n’est pas créé et alimenté par des fantômes. Mais par des gens qui vivent en société. Des gens comme vous et moi. Et je me mets deux secondes à la place d’une petite fille de 12 ans qui cherche des infos sur le métier qu’elle voudrait faire plus tard : policière. Que va-t-elle trouver ? Des photos montrant à quoi ressemblera son futur métier ? Non. Elle va trouver des images de femmes portant des vêtements sexy, de femmes déguisées en policière. Que va-t-elle en déduire ? Je ne sais pas. Mais j’imagine qu’elle ne réagira pas de la même manière que ce petit garçon qui cherche à quoi ressemblera son uniforme de policier. Parce que lui n’aura pas à faire face aux mêmes types de représentations. Un vrai cercle vicieux qui on l’espère s’estompera avec les avancées de notre société qui ne manqueront pas de se répercuter sur la toile…

Publicités

Auteur : Red F0xx

Étudiante en marketing et communication, aime traîner sur l'interweb mondial, membre de l'Eglise de la Licorne Rose Invisible (Blessed Be Her Holy Hooves).

9 réflexions sur “Google & le sexisme 2/2

  1. J’ai souvent besoin de trouver des images comme ça dans le cadre de mon travail, pour aider des gens qui ont du mal à communiquer notamment… quel casse tête !
    Et oui, que penser quand on tombe sur ce genre de choses à répétition…

  2. Hum, je pense que le jour où les femmes clameront haut et fort qu’elles sont aussi attirées/excitées par un homme qui pose en tenue explicite qui dévoile ses bourses, le bout de son gland ou la raie de ses fesses, les images et photos que l’on trouvera sur le net s’équilibrera. Après tout, c’est un marché potentiel de 3 milliards d’êtres humains qui pourraient payer pour ces contenus! Autant j’ai trouvé la première partie de l’étude très intéressante, autant cette recherche sur les images a beaucoup moins de sens. Cela prouve surtout que la sexualité des femmes, leurs désirs et envies sont réprimés…

    Si on regarde les magazines de mode, on retrouve d’autres clichés sur les hommes: des hommes super musclés en position ridicule pour faire ressortir les muscles (vider l’air de ses poumons, rentrer le ventre, sortir les épaules…) A part dans les métiers manuels, ce genre de musculature est plus une tare qu’un atout pour un homme « lambda ». Sur Facebook, les (dont ma copine) se rassemblent et créent des groupes comme Bazar de Nuit (BDN) ou un truc du genre où elles postent des photos de « mecs canons » à la Abercrombie…

    De toute façon, l’internet est effectivement le reflet d’une réalité et d’un héritage mais il faut se poser des questions plus larges que juste rééquilibrer l’image de la femme sur internet. Est-ce que c’est un homme qui drague ou une femme qui drague en soirée? Est-ce bien vu pour une femme de coucher avec plusieurs mecs (l’effet « pute » vs « Casanova »)? Que penser des codes sociaux comme la galanterie qui n’est finalement qu’un pansement sur une jambe de bois, une maigre consolation pour les femmes à une époque où leurs droits se résumaient à rien du tout… On vit une période fascinante où les rôles traditionnels doivent évoluer. Tant que les femmes resteront focalisées sur les hommes qui leur ouvre une porte de voiture, qu’elles seront attirées par la richesse et la réussite professionnelle, les choses ne changeront pas ou peu.

    Plusieurs études ont montré par exemple qu’une femme au chomage aura plus facile à trouver un compagnon qu’un homme au chomage, ce qui prouve encore que les femmes veulent d’un homme riche ou au moins qui a réussi professionnellement un minimum, alors que les hommes ont encore en tête qu’ils doivent « travailler pour le ménage »… A déconstruire, mais dans les DEUX sens!!!

    • Merci pour votre commentaire.
      En fait, cet article ne fait que constater et avancer des pistes de réflexion/d’explication. Je n’ai pas vraiment la réponse au pourquoi du comment on en est arrivé là, si ce n’est que le corps de la femme est quasi-systématiquement sexualisé dans notre société. A tel point qu’il devient impossible de trouver des images de femmes « normales ». Le problème souligné n’est pas « on ne trouve pas de photos sexy de mecs » mais « on ne trouve pas de photos normales de femmes », ce qui n’est pas exactement la même problématique.
      Ensuite, effectivement ceci est le résultat d’une société patriarcale qui a son lot de problèmes (double standard pour les femmes, répression de leur sexualité…). Par contre je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites que les « femmes veulent d’un homme riche ». Certaines ont peut-être envie d’avoir un compagnon aisé, mais ce dont nous voulons c’est surtout la possibilité de réussir professionnellement et d’avoir accès aux mêmes postes et salaires (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui) pour être indépendantes financièrement. Et oui, le patriarcat impose la vision de l’homme qui ramène à manger à sa famille, et c’est à tout le monde de déconstruire ce genre de préjugé !

    • Je cite : A part dans les métiers manuels, ce genre de musculature est plus une tare qu’un atout pour un homme « lambda »

      C’est marrant, sur l’internet français les hommes musclés sont souvent des débiles ou des handicapés moteurs.
      Dans la vrai vie, ce sont surtout des gens sportifs qui ont une discipline et bonne hygiène de vie.

      Après, je pense que les femmes sont libres d’être attirée par les hommes riches/athlétiques/bien habillés sans que cela remette en cause le fait avéré qu’elles sont trop souvent réduites à leur attrait sexuelle et à un rôle passif. Plus que les hommes.
      D’où l’intérêt des google images.

      Pour finir, en tant qu’homme (relativement musculeux, pour vous déplaire), je me fait jamais insultés dans la rue par les frustrés, les alcoolos ou les bad boy des bacs à sables.
      En revanche, des femmes qui se font insultés/harcelé par des hommes y a en des pelletés.

      Je suis un mec de banlieue (45% de chomage des jeunes dans le trou où j’ai grandi). Fils d’ouvrier. Etc…
      Mais je reconnais qu’en tant que « mâle » je suis socialement avantagé par rapport à la gente féminine.

      Et l’histoire des femmes au chômage qui trouve plus facilement des mecs pour les entretenir, c’est un peu un fantasme.
      Y a un paquet de mecs qui vivent aux crochets de leur nana.
      Il ‘y a qu’à lire « la misère du monde » d’un collectif sous la direction de Bourdieu. Y a un article sur le sujet.

      • « Dans 7 % des couples, la femme est au chômage tandis que l’homme a un emploi, la situation inverse ne se rencontrant que dans 3,3 % des couples.  » http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/28/l-insee-fait-le-portrait-d-une-france-inegale_1797046_823448.html

        Je n’invente rien… tu peux expliquer ces différences par de nombreuses raisons, une d’entre elles reste, pour ma part, le fait qu’un homme a moins difficile à accepter de « subvenir » aux besoins alors qu’une femme a moins envie de devenir la « maman » de son mec…

        Sinon, tu cites ma phrase sur la musculature étant une tare, eh bien si tu es VRAIMENT un homme musclé, alors tu sais de quoi je parle… Si tu as une carrure comme Schwarzie, tu sais ce que ça veut dire: shakes protéinés, visites intempestives et permanentes à la salle, problèmes de souplesse, pression sur les articulations, et surtout, une fois que tu vieillis, une difficulté croissante à entretenir la masse de muscles que tu traines qui se relâche progressivement et retombe horriblement (voir les images de Schwarzie actuellement).

        Si tu es « musclé » ou plutôt, comme je préfère le dire « athlétique », alors tu ne sais pas de quoi je parle. Je fais AUSSI de la salle, mais essentiellement du cross-fit, j’ai des muscles, oui, mais pas des muscles surnaturels/artificiels! J’ai une musculature « standard » qui vient naturellement lorsque l’on fait du sport et qu’on fait attention à sa santé.

  3. Oui, je suis d’accord avec ce constat: la femme est toujours hyper-sexualisée… Ce que je voulais constater également, c’est qu’il y a une pression sur les genres des « deux » côtés et qui sont malsaines: la femme se doit être belle avant d’être intelligente ou d’avoir une personnalité intéressante, et l’homme doit être riche, avoir réussi dans la vie et avoir un corps d’apollon… Ce genre de pressions, on les retrouve partout! Rien que dans la danse, qui a hérité de la mentalité patriarcale à 300% où ce sont TOUJOURS les hommes qui doivent guider la femme mais du coup, doivent également « subir » la pression de danser comme des manchots, à toujours se demander « zut, peut-être que ma partenaire de danse s’ennuie… il faut vite que je lui fasse faire un ptit tour » (j’ai fait de la salsa… c’est pas évident).

    Et sur le fait que les « femmes veulent un homme riche », ben effectivement, tout comme on retrouve des hommes qui cherchent des femmes intéressantes et intelligentes avant les femmes « belles » il y a également des femmes qui voient plus loin que juste le portefeuille de leur partenaire potentiel! Il n’en reste pas moins qu’il y a une large portion de femmes qui (consciemment ou inconsciemment) s’éloignent des hommes qui n’ont pas bien réussi professionnellement. L’étude qui démontre qu’une femme au chomage a plus de chance de trouver un partenaire qu’un homme au chomage est révélatrice d’un « cliché » qui subsiste dans la mentalité tant des hommes que des femmes. Je déplore cet état de fait, mais il ne faut surtout pas le nier…

    D’ailleurs, le féminisme a du mal face aux femmes qui non seulement acceptent leur statut de « femmes au foyer » ou « femmes objet » mais s’y complaisent parce que c’est « plus facile » que de devoir sortir et gagner sa vie… Ces femmes existent, et changer leur mentalité passéiste est aussi difficile que de lutter contre le racisme ou l’homophobie. Ce sont des choses ancrées aussi profondément que des croyances religieuses. Le seul espoir, c’est de créer un contexte social qui puisse assurer que la génération de femmes qui grandiront dans ces familles « traditionnelles » s’éloignent de ce modèle…

  4. Pingback: Internet/Google | Pearltrees

  5. Pingback: Google & le sexisme 1/2 | Les Dégenreuses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s