Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

My Little Pony : un show que pour les filles ?

19 Commentaires

MyLittlePony_splash_2048x1536_EN

Parmi les dessins-animés pour enfants produits en ce moment, l’un d’entre eux connait un vif succès, notamment sur la toile et auprès d’un public un peu… inattendu ! Les connaisseuses/eurs auront bien sûr reconnu la série My Little Pony : Friendship is Magic ! Ce cartoon créé en 2010 par Lauren Faust (La storyboarder des Super Nanas et de Foster, la maison des amis imaginaires) est basé sur la dernière génération des jouets My Little Pony – ou Mon Petit Poney en VF – produits par Hasbro. Et si le show ciblait en premier un public de petites filles, il est devenu rapidement très apprécié par des jeunes adultes et en particulier par de jeunes (et moins jeunes) hommes.

Oui, des HOMMES qui apprécient un show télévisé pour FILLETTES. Rien qu’avec cette phrase, vous devez comprendre où je veux en venir. Ces innocents jeunes hommes fans d’une innocente série télé s’en prennent plein la gueule sur le net à cause de leur passion. Car selon certains, il est infamant, dégradant, humiliant d’aimer quelque chose initialement destiné à des filles. Les querelles vaines entre fans d’une série/groupe/film et anti-fans existent depuis longtemps et ne sont pas restreintes à un show comme My Little Pony, mais la shitstorm à laquelle doivent faire face les fans masculins de My Little Pony est particulièrement représentative de la violence des injonctions relatives à la masculinité. Et même sans l’intervention de tiers, le cheminement intérieur de certains fans qui se demandent sérieusement si aimer cette série fait magiquement d’eux des homosexuels – ou pire, des filles – montre que l’intériorisation des normes genrées est telle que le sujet a des réactions homophobes et sexistes concernant sa propre personne.

chronique-culture-geek-petit-poney-ultime-L-wmfw1C

Car le cœur du problème vient du fait qu’un homme, un vrai, ne PEUT pas aimer une chose initialement produite pour des petites filles. Pour ceux qui ne connaissent pas My Little Pony, la série raconte les aventures de la licorne Twilight et de ses amies poneys dans un monde aux couleurs pastels. Mais si le dessin est très rond et enfantin, le ton est relativement mature, avec de jolies réflexions sur l’amitié et le courage. La série est pleine d’humour et d’aventure, et chaque poney a son caractère – parfois bien trempé. Bref, même si le show est estampillé « for girls only« , dans les faits elle n’est pas une énième série abrutissante dégoulinante de rose paillette et de petits personnages bien sages. D’ailleurs, le fait qu’une fanbase adulte se soit constituée a incité les producteurs à intégrer nombre de références geeks incompréhensibles pour les plus jeunes.

Mais voilà, peu importe la qualité de la série, il y a des poneys et des couleurs douces, DONC ce n’est pas pour les garçons. Ni pour les adultes. Et encore moins pour des hommes adultes. Quand on sait que « fillette » est carrément considéré comme une insulte (« Fais pas ta fillette ! »), on comprend facilement qu’un produit culturel ciblant des fillettes soit considéré comme humiliant à consommer. C’est ainsi que les jeunes hommes qui découvrent qu’ils aiment My Little Pony réagissent en se demandant s’ils sont gays (l’homosexualité étant perçue plus ou moins négativement et considérée comme quelque chose réservée aux hommes efféminés), ou de « vrais » hommes. Ainsi, un fan explique sa première réaction après avoir vu quelques épisodes :

Image 8

Il est tellement conditionné concernant les goûts culturels qu’il devrait avoir en tant qu’homme, qu’il ne veut pas admettre qu’il a aimé ce qu’il a vu. Il se demande également s’il n’est pas homosexuel. Ensuite, vient le moment du « coming-out », véritable épreuve pour ce fan qui s’attend à un backlash proportionnel à son audace de sortir du carcan de la masculinité : Image 7

En le lisant on a l’impression qu’il est sur le point d’avouer un crime. Sa seule faute étant de briser les codes de genre. Enfin un autre fan a une interprétation intéressante du problème et juge au contraire qu’il faut « avoir des couilles assez grosses » pour assumer de regarder le show :

Image 9

En effet, il faut avoir un certain courage – que je ne localiserais pas spécialement dans les « grosses couilles » mais chacun son truc – pour oser avouer que l’on regarde My Little Pony. Par exemple dans cette vidéo montrant des adolescents réagissant à la série télé, on peut entendre des remarques comme :

« C’est une honte, un déshonneur pour nous (les hommes) ! »

« Si tu es un mec et que tu regardes My Little Pony,
tu ne devrais pas techniquement être autorisé à être appelé un homme »

« Tu as besoin de te trouver une petite amie ! »

Mais les adolescentes ne sont pas en reste et affirment qu’elles ne pourraient pas sortir avec un mec qui aime My Little Pony et qu’elles préfèrent un « mec qui est solide (tough) ». Bref, on comprend aisément qu’il n’est pas facile d’afficher ouvertement son amour pour le show, au risque de se voir rejeté de la communauté des hommes, les vrais, ceux qui ne pleurent pas, sont allergiques au rose et sont bien entendu hétérosexuels. Ce phénomène de rejet de tout ce qui est féminin et de la menace envers la masculinité que cela représente est assez bien expliqué dans cette vidéo de la géniale Laci Green :

Dans cette vidéo, Laci Green souligne que si un membre de la communauté des hommes aime quelque chose de féminin, alors ceci est considéré comme une menace envers la communauté toute entière. Car si un membre est perçu comme efféminé (ce qui est jugé dégradant), alors qu’est-ce qui empêche les autres membres d’être perçus ainsi ? Ce sont donc en priorité les autres hommes qui se chargeront de se désolidariser de ce membre trop féminin en le rejetant à grand renfort d’insultes bien souvent homophobes (« pédé, tapette, tafiole ») et en lui refusant le nom d’homme (cf ce que dit l’adolescent ci-dessus : « tu ne devrais pas avoir le droit de te faire appeler un homme« ). Ce fan de la série l’évoque dans ce commentaire :

Image 2

Avant de regarder My Little Pony, j’étais cool.
Maintenant que je regarde My Little Pony, on me traite de « tapette pédé sans vie sociale ».
Donc une fille a le droit de regarder des trucs pour mecs, mais si je regarde une série pour fille, les gens de mon école me haïssent. Ce n’est vraiment pas juste !

Il lui a suffit de commencer à regarder la série pour être rejeté par ses pairs qui le reconnaissaient avant en tant que « mec cool ». Mais ce fan souligne aussi que l’inverse – une fille qui regarde une série pour garçons – ne suscite pas le même genre de réactions. En effet, étant donné que les produits culturels destinés aux jeunes hommes sont majoritaires et ne sont pas considérés comme humiliant ou dégradant, une fille n’aura (presque) aucun problème à dire qu’elle aime bien regarder les dessins animés Batman ou Tortues Ninja. En effet, elle ne semble pas constituer une menace à la communauté masculine dans le sens où elle n’en fait pas partie à la base donc ne peut l’affaiblir en ayant un comportement « déviant », même si une telle situation peut déclencher des réactions de rejet où les hommes refusent qu’une femme s’approprie un sujet « masculin ».

tumblr_lr2radUR5l1r2051no1_400

Mais devant les insultes et le rejet, les fans de My Little Pony se sont constitués en une communauté forte, célébrant en retour les valeurs promues par la série : l’amitié, la tolérance et l’amour. Ils se sont surnommés les bronies, contraction de bro et ponies (Note : les femmes fans de la série peuvent aussi se désigner sous le terme « bronies » ou sous le terme spécifique « pegasisters »). Ils ré-inventent chaque jour les codes de la masculinité finissant par décréter que My Little Pony était, selon les mots de leurs détracteurs, un show pour les « vrais hommes », ceux qui ne doutent pas de leur virilité juste parce qu’ils aiment une série avec des petits poneys. Ceux qui réalisent qu’il était ridicule de partir du principe que les poneys roses étaient réservés aux petites filles. C’est ainsi que des groupes facebook comme « Real Men Watch Ponies » (les vrais hommes regardent des poneys) ont pu voir le jour. Ce dernier rassemble plus de 30 000 fans de la franchise qui échangent chaque jour des fanarts et des vidéos dans la joie et la bonne humeur. Bonne humeur parfois déstabilisée par des haters comme ceux rassemblés sur le « forum officiel des haters de My Little Pony« . Le principal reproche fait est que les fans sont certainement gays (merci l’homophobie), dérangés et asociaux, probablement au chômage.

Un groupe de bronies a alors décidé de mener une grande enquête sur près de 24 000 personnes (bronies et non-bronies) pour essayer de mieux comprendre la communauté. Parmi les bronies interrogés, 86% étaient des hommes, et les fans avaient entre 14 et 57 ans avec une moyenne d’âge de 21 ans, ce qui confirme bien le fait que ce sont principalement des jeunes hommes qui sont fans de la série.  Ils sont majoritairement étudiants au lycée ou à la fac. Concernant leur orientation sexuelle, ils sont 84% à se dire hétéro, 10% bisexuels, 4% asexuels et 2% à se décrire comme homosexuels, ce qui correspond à peu près aux statistiques connues sur une population non-bronies. Les comparaisons réalisées dans l’étude montre aussi que les bronies ne sont pas plus au chômage que les non-bronies. Quelques différences apparaissent concernant les traits de personnalité : si les fans sont moins extravertis, ils sont par contre plus sympathiques et optimistes, cherchent à être en harmonie avec les autres, et ont moins tendance à ressentir de la colère ou de l’anxiété. En bref, les bronies sont même un peu plus open et friendly que les non-bronies. Et surtout, ce sont des gens comme les autres (grosse surprise) !

290-my-little-pony-friendship-is-magic

La série My Little Pony, non contente de donner des personnages intéressants aux petites filles, permet donc également de briser certains codes de genre avec ses fans masculins. Non seulement, ces fans montrent l’absurdité et la violence des injonctions à la masculinité, mais en plus renversent ces injonctions en vivant pleinement leur passion et en osant s’afficher malgré le backlash sexiste auquel ils doivent faire face. Je vous laisse sur ce bel épisode de Idea Channel qui résume la situation des bronies et rappelle qu’un produit culturel n’est jamais « par nature » féminin ou masculin :

Publicités

Auteur : Red F0xx

Étudiante en marketing et communication, aime traîner sur l'interweb mondial, membre de l'Eglise de la Licorne Rose Invisible (Blessed Be Her Holy Hooves).

19 réflexions sur “My Little Pony : un show que pour les filles ?

  1. Je ne connaissais pas le phénomène autour de cette série, mais je dois avouer que je ne tombe pas de ma chaise… Un homme qui aime faire du tricot, regarder un certain type de média, jouer à seulement certains jeux vidéos est décrédibilisé immédiatement… et si jamais il lui venait l’idée de porter des fringues « destinées au femmes »… il ne serait pas question de considérer qu’il est habillé, mais déguisé.
    Cet article et ces considérations m’amènent surtout à penser que ce qui est considéré comme féminin est considéré comme une chose affreuse qui ne peut pas être ne serait ce que regardée par les hommes. Encore une belle preuve de sexisme latent oui, et les hommes qui en font les frais. Après, on dira que le féminisme ne sert à rien, et est contre les hommes, hein. En tous cas, bravo aux bronies ;).

  2. Très bon article ! 🙂
    C’est vrai que My Little Pony, même si les graphismes en sont assez éloignés, rappelle un peu les Super Nanas, et je pense qu’il y avait déjà pas mal de mecs qui regardaient à l’époque !

  3. Pingback: Télé | Pearltrees

  4. A reblogué ceci sur Rainbow Dash and commented:
    Voici un excellent article sur les bronies, et les préjugés qui peuvent en découdre. A lire sans modération !

  5. Dommage que la fille dans la vidéo se croit obligée de montrer ses seins pour faire monter l’audimat.
    A part ça rien à redire.

    • Laci Green ne croit pas « obligée de montrer ses seins », c’est juste une femme avec un corps de femme qui parle devant sa caméra… Mais vous n’êtes pas le/la premier.e a lui faire ce reproche, alors je vous transmets sa petite vidéo réponse : http://youtu.be/5XgMi7lHGYw
      =)

  6. Intéressant cet article.

    La vidéo qui montre les « céréales pour homme » vendues aux américains démontre bien cette obsession assez ridicule dans la culture marchande américaine du fait que acheter un bien peut rendre « viril ».

    Le corolaire est ce refus de ce qui est mignon en apparence. L’exemple typique est le changement de jaquette de Jeux vidéos comme kirby:

    Faudrait que je retrouve un article sur une polémique lors de l’introduction des elfes de sang dans WoW.
    Blizzard voulait intégrer une « race/culture » moins basée sur la puissance physique au sein de la horde (troll, orc, tauren).
    Les premiers design montraient des elfes longilignes avec une musculature non massive pour les mâles. Les fans ont gueulé en disant qu’ils étaient trop féminins et donc moins crédibles.

    Blizzard a baissé son froc est a augmenté le volume des polygones des bras des elfes mâles.

  7. Je dois avouer que cet article est surprenant. J’ai connu My little poney grâce à mes amis masculins uniquement et non seulement je n’ai jamais vu où il y avait un problème à ce qu’un homme regarde ce show, j’ai aussi vu nombre geeks inconnus en parler avec ferveur, et j’ai donc toujours pensé que My little poney était plus « réservé » aux grands garçons. D’ailleurs, dans mon monde de bisounours, personnes ne les jugeait pour regarder un show un peu rose ! Je ne vois pas en quoi cela leur ferait perdre leur virilité.

  8. Pingback: Représentations | Pearltrees

  9. Je suis une fille.Mais je suis également traitée de tous les noms: »t’es une conn****,tu regardes mon petit poney,je regardais ça quand j’étais petit(e),tu mérites pas 4 ans d’âge mental blablabla…).
    Alors une fille ne peut,pas plus qu’un homme,aimer une série avec des poneys?Ou même une série qui commence par « My little » sans se finir par « killer »?
    Je suis dans une classe de 4ème composée de garçons qui passent leur temps à se fiche de moi,et quand je leur dit de regarder avant de juger,ils me disent *voir plus haut*.
    Je suis 100% d’accord avec le fait que des garçons regardent MLP,et contrairement à ce qu’on peut dire,je pense que beaucoup de filles aimeraient trouver un brony dans leur entourage qui pourrait venir me voir sur son OC blanc et les emmener vers le soleil couchant.

    • Merci pour ton témoignage, j’imagine qu’au collège ça ne doit effectivement pas être facile de vivre ta passion sereinement… Je ne peux que te conseiller d’essayer de ne pas prêter attention aux mauvaises remarques, malgré tout si les insultes continuent, n’hésite pas à en parler à un adulte de confiance, ces personnes n’ont pas le droit de te traiter de tous les noms. Bon courage, et j’espère que tu pourras continuer à regarder MLP dans la joie =)

  10. Je regarde MLP:FiM, tout le monde autour de moi le sait, je ne m’en cache pas, et j’ai 27 ans. Cela ne m’a jamais posé de problème, mais principalement, j’imagine, car il y a eu de nombreux précédents : Sailor Moon quand j’étais en primaire, Les Super Nanas au collège, mes premiers shôjo manga au lycée,… Cela fait donc longtemps que je ne prête plus attention aux réflexions à ce sujet ; mais j’imagine que pour quelqu’un de plus jeune, ou qui n’avait encore jamais accroché à une œuvre « apparemment féminine », cela peut être plus difficile à assumer et à vivre. Mais pour être franc, je suis la série depuis le début, ainsi que le phénomène « bronies » de loin, et je n’avais jamais remarqué la moindre attaque contre cette communauté.

  11. Pingback: Le Crossplay Cosplay | Les Dégenreuses

  12. Un article bien creusé ! En tant que brony, ça fait plaisir de lire ce type de réflexion de la part d’une personne non-fan qui sait tout simplement avoir du recul sur les choses.
    De plus, cela m’a permis de connaître lacigreen, merci beaucoup !

    • Merci ! A vrai dire, je ne me définis pas comme une brony, mais j’apprécie beaucoup la série dont j’ai vu la majorité des épisodes =)

  13. Pingback: Blogroll, l'heure du T #002 : des paillettes, des combos et des poneys | XXY.fr

  14. Wow ! Superbe reportage. Je me suis mis à MLP:Fim il y a peu et je ne regrette pas.

    Je n’ai jamais eu de préjugés sur mon ami (oui, oui, un garçon, qui aime aussi les jeux vidéos et la baston) quand il m’a expliqué son intérêt pour la série, Au contraire, j’ai préféré voir par moi-même… Sérieusement, si un hatters(personne anti-MLP) passe par là, je lui conseille de se renseigner. MLP n’est pas pour les gamin(e)s. Il y a tout une autre dimension derrière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s