Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

E3 2013 – Electronic Entertainment Expo Evolution ? 1/2

5 Commentaires

L’E3, ou Electronic Entertainment Expo, se tient actuellement à Los Angeles. Cette année, le plus grand salon international de jeu vidéo se targue d’ouvrir l’ère d’une nouvelle génération de consoles. Tant attendu par joueurs et joueuses, il semble pourtant que les femmes soient, encore une fois et sans surprise, loin d’être à l’honneur.

Lundi 10 juin, 18h30 heure française, Microsoft ouvre le bal avec sa conférence principalement dédiée à sa nouvelle console, la XBoxOne. Si d’un point de vue tout à fait vidéoludique, les avis sont mitigés, il n’y a par contre pas de doute sur certains points. Tout d’abord, il n’y aura pas de jeu mettant en scène une héroïne, c’est-à-dire un personnage principal de sexe féminin, sur la XBoxOne (ni de personnage de couleur, d’ailleurs). Célébrons donc l’avènement d’une nouvelle génération qui, à l’heure de la joueuse, ignore superbement 50% de son public.

Quand enfin la première femme monte sur scène, c’est pour se faire violenter par un des producteurs de Killer Instinct. Oui, IG, c’est normal et c’est même le principe du jeu, mais IRL ? Voici donc la charmante retranscription des sous-entendus (que vous pouvez aussi écouter ici) :

Relax, just let it happen, it’ll all be over soon.

C’est à dire : « Relax, laisse-toi faire, ce sera bientôt fini« . Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça sonne comme des propos relatifs au viol dans mes oreilles de femme, et pas que dans les miennes apparemment. D’autant plus que l’homme aurait enchaîné sur « Wow, you like this » (« Wow, tu aimes ça »); ce à quoi la joueuse aurait répondu « Non, je n’aime pas ça ».

Heureusement, le texte qui semblait au départ scripté, et donc impliquant directement Microsoft, ne l’était pas. Ouf, donc, Microsoft a sauvé les meubles et la connerie n’est qu’individuelle. Mais demeure.

Ainsi, si la possibilité de rire du viol et d’en plaisanter est un thème de discussion récurrent, le fait de le faire entre amis, dans un cercle privé, et sur une scène où les plus grands de l’industrie high-tech sont présents et représentés (industriels, leaders d’opinion…) et dont les moindres faits et gestes sont transmis en temps réel à travers le monde (je ne compte plus le nombre de commentaires live des conférences de l’E3, mais aujourd’hui, l’E3 a pris une place beaucoup plus importante dans l’actualité qu’il y a quelques années) est loin d’avoir le même impact. De plus, le milieu du gaming est particulièrement bien connu pour son sexisme ambiant.

Et voici la seconde, et dernière, femme de la conférence sous les regards, et un sifflement retentit dans la salle. Ce n’est pas le seule, car, apparemment, sur internet aussi, on se rince l’œil, comme nous le prouve le commentaire live d’une étonnante délicatesse du site jeuvidéo.fr :

En résumé, beaucoup de réactions face à cette première conférence :

Et donc une blague sur le viol et un sifllement à l’E3. Je suis tellement fière de mon industrie préférée. A chaque fois que je crois qu’il y a du progrès…

Putain de merde. La productrice des jeux 343 monte sur la scène de Microsoft et un homme *sérieux* la siffle. Va te faire foutre.

L’industrie des jeux vidéo, tu sais que je t’aime, mais pourrait-on S’IL-TE-PLAIT avoir un seul événement sans espèce d’horrible misogynie ?

Voici ce que Devin Faraci conclut des évènements sur Badass Diggest :

Le problème n’est pas que ce soit arrivé, mais que c’est révélateur d’un cancer plus grand qui ronge la communauté du gaming (et, pour être juste, beaucoup d’autres communautés geek, mais il apparaît le plus horriblement dans le gaming). Voici ce à quoi ressemble, tout simplement, la misogynie institutionnalisée.

Et pour cause, j’ai personnellement beau eu interroger des hommes appartenant à la communauté des gamers au sujet des événements de la conférence Microsoft, tout ceci leur semble « normal » et « pas très étonnant » parce que « ce sont des gamers » et que le jeu vidéo est « un monde de mecs« . Qu’est-ce que cela signifie ? Tout d’abord, il apparaît que, dans le milieu du jeu vidéo, le sexisme se justifierait encore plus qu’ailleurs. C’est un univers mâle donc les femmes n’auraient rien à y faire, et c’est donc leur responsabilité si elles osent y pénétrer. Ces conventions seraient d’ailleurs des temples de la virilité où les babes sont légions et semblent constituer l’attraction à ne pas manquer. D’ailleurs, la simple remarque de la part d’Anita Sarkeesian par rapport au fait qu’aucun jeu de la nouvelle génération de consoles ne mettait en scène d’héroïnes a suscité de violentes réactions de la part des gamers-twittos. Des simples (mais choquants) « Les femmes ne font pas partie du monde des jeux vidéo » ou « Quand les femmes seront aussi capables que les hommes, peut-être« , « Et alors ? » et « Ta gueule » jusqu’aux plus agressifs « Tu t’attendais à quoi ? Des jeux de cuisine et de ménage ? » et autres insultes les plus vulgaires les unes que les autres renvoyant à la « baisabilité » de la journaliste. On trouvera même des « Relax, it’ll all be over soon« , phrase qui, si vous ne prenez pas l’article en cours de route, ne vous sera pas inconnue. Rappelons que celle-ci pointait simplement du doigt l’absence de protagonistes féminins sur la nouvelle XBox. Ce genre de propos n’est malheureusement guère surprenant quand on connaît l’accueil qui a été fait à son projet, ou tout simplement la loi de Lewis qui énonce simplement qu’ils justifient à eux seuls le féminisme.

Parmi les jeux présentés, Dragon Age Inquisition, Mirror's Edge 2 et Transistor dont les trailers mettent en avant des personnages féminins.

Parmi les jeux présentés, Dragon Age Inquisition, Mirror’s Edge 2 et Transistor dont les trailers mettent en avant des personnages féminins.

Mais la conférence Microsoft n’a pas été la seule, et heureusement, d’autres ont amené sur scènes des jeux dont les héros seront des héroïnes et ont mis ces dernières à l’honneur, notamment Electronic Art et Sony. Parmi eux, Mirror’s Edge, Dragon Age Inquisition ou encore Transistor (tous de très beaux trailers, soit dit en passant). Du côté de Nintendo, traditionnellement plus women-friendly, on remarquera l’entrée de Peach sur les plate-formes du prochain Super Mario Bros sur Wii U ou encore celle, fracassante, de l’entraîneuse de Wii Fit, choix tout à fait légitime et justifié par l’importance du personnage dans les succès de Nintendo auprès d’un certain public et son caractère sportif. N’est-elle d’ailleurs pas le personnage qui vous a le plus fait souffrir ?

Un petit bémol cependant pour Ubisoft et son trailer de Rayman Origins (à paraître  sur Wii U, PS3, 360, et Vita). L’éditeur a choisi d’y mettre en avant une barbare… pardon, son opulente poitrine. A tel point que les top comments se limitent à en apprécier le volume.

youtube_trailer_rayman_legend_thumb

Dommage pour une licence qui a su émerveiller petits et grands depuis des années avec son univers cartoon et qui, pour une fois dans l’univers vidéoludique, met en scène une femme courant à la rescousse du héros, renversant ainsi le schéma traditionnel.

Ce n’est encore pas cette année que l’E3 nous fera une révélation sur l’évolution de la place des femmes dans les jeux vidéo. Entre faux pas et pas de travers, on se demande toujours : à quand l’E4 ?

Publicités

Auteur : borderblue

Elfe invocatrice, accesoirement étudiante en Marketing & Communication. Rôliste et MJ à ses heures perdues. Amatrice de MMORPGs au point d'être GM, de littérature (de qualité littéraire, j'y tiens) fantasy, fantastique et parfois SF, de cases et de bulles d'ici et d'ailleurs. Nippophile et adoratrice de Nintendo. Geek depuis Sonic et la MegaDrive. Féministe avant même de le savoir.

5 réflexions sur “E3 2013 – Electronic Entertainment Expo Evolution ? 1/2

  1. Je suis toujours aussi atterrée par les réactions, ou même l’absence de réaction des gamers à ces remarques… C’est quand même assez grave d’en arriver là, et de se dire qu’on peut facilement traiter une partie de l’humanité comme si c’était des espèces de merdes…
    D’ailleurs, au delà du sexisme, j’aurai tendance penser qu’il s’exerce aussi un certain racisme dans les jeux vidéos… Combien de protagonistes principaux sont d’origine africaine ou du moyen-orient ? C’est l’image du « blanc » qui prédomine là encore…

    Je l’ai déjà mentionné sur ce blog, mais il se peut qu’à force de se sentir méprisés, les joueurs finissent par se tourner vers toutes les nouvelles manières de développer des jeux vidéos, comme les kickstarters…

    • Absolument. Je pense – et j’espère – que ces discriminations sont le fait d’une minorité de personnes, mais comme la majorité se tait et ne proteste pas, considère ça comme normal. A tous : « Indignez-vous » (pour ne pas citer Stéphane Hessel).
      D’une manière générale, c’est bien l’homme hétérosexuel blanc qui domine dans les jeux vidéo. Comme protagonistes moyen-oriental, c’est Prince of Persia qui me vient (bien que finalement, il ne soit pas si « typé » que ça). Il y aurait également énormément à dire sur ce sujet aussi !
      Les kickstarters sont un excellent moyen de développer ce genre de projet ! Une bonne partie de la communauté queer/gay/women-friendly s’y est essayé… avec succès ! (The Princess Who Saved Herself ou encore Gaming in Color).

      • J’ai pensé aussi à Prince of Persia, mais je ne l’ai pas retenu, parce qu’on m’a dit que pendant une partie de sa carrière, il était blond. J’ai donc eu du mal à le retenir dans autre chose que le « blanc » :x.
        Pour ce qui est des personnages de différentes origines, il n’y a de toutes façons qu’à voir comment c’est traité dans les films, et à ce sujet dans les jeux vidéo, je pense très souvent à Sheva dans Resident Evil 5, dont le deuxième costume (http://gueseuch.free.fr/Blog-PourUnePoigneeDePixels/Autres/Sheva-sexy.jpg) est si dénudé que je finis par me dire que le sexisme le dispute au racisme (Merlin inside :x).

        Tout est lié et surtout très normé. Le souci que je vois c’est la difficulté à s’extraire ne serait ce qu’un tant soit peu de cette norme… Quel est le problème au fond ? La norme ? Ceux qui la portent ? Ceux qui ne veulent pas la remettre en question ? La seule chose dont je sois sûre, c’est que la difficulté est abyssale, et je suis ravie de voir que ce genre de blog, ou encore des gens comme Mard Lard, ou encore Anita Sarkeesian le soulèvent.

  2. « Je l’ai déjà mentionné sur ce blog, mais il se peut qu’à force de se sentir méprisés, les joueurs finissent par se tourner vers toutes les nouvelles manières de développer des jeux vidéos, comme les kickstarters… »

    Malheureusement, seule une minorité de joueurs se tournera vers le crowdfounding.

    Pour réagir à l’article, bien qu’il y ait autant de joueuses que de joueurs, peu nombreuses sont celles qui s’expriment sur les forums ou, mieux, intègrent des rédactions. Sans parler de celles qui travaillent au développement de jeux.

    • Dans le domaine de la littérature fantasy il y a mixité dans les consommateurs mais aussi dans les communicants professionnels et amateurs ainsi que les auteur(e)s. Il y a donc un bon équilibre des genres en terme des représentations et des « fantasmes ». Ce n’est pas le cas des jeu vidéos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s