Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

Blockbusters & maltraitance des figures historiques

11 Commentaires

Eva Green dans 300

Eva Green dans 300

On trouve actuellement à l’affiche de nos cinémas deux films mettant en scène des figures historiques féminines. Les deux longs-métrages couvrent des périodes très différentes et ont un style propre à chacun, mais ils ont un point commun : ils « maltraitent » les deux personnages féminins qu’ils ont empruntées à l’Histoire. Penchons-nous donc sur 300 : La Naissance d’un Empire et Monuments Men.

Le premier est un blockbuster violent prenant place dans la Grèce du 5ème siècle av. J.-C. dont le principal argument est le travail graphique effectué sur les nombreux combats sanglants offerts aux spectateurs.trices avides d’action. Le deuxième est également un blockbuster made in George What else Clooney qui refait la fin de la Seconde Guerre mondiale à sa sauce gentillette et patriote. Dans chacun de ces films, on trouve un personnage féminin historique « revisitée » pour l’occasion : la reine Artémise Ire dans 300, et la résistante française Rose Valland dans Monuments Men. Voulant en savoir plus sur ces femmes après vu les films en question, j’ai pu constater que les longs-métrages ne rendaient pas vraiment hommage à la réalité de ces deux destins extra-ordinaires. 

Artémise est une figure bien connue des historiens de la Grèce Antique. Devenue seule responsable de son royaume à la mort de son mari, elle s’est illustrée lors de la bataille de Salamine qui opposa les Perses menés par Xerxès aux Grecs. A la tête d’une petite flotte, on dit d’elle qu’elle fut une combattante hors-pair et pleine de bravoure. Fine stratège, elle donna de bons conseils au roi Xerxès qui s’empressa de les suivre. Les Perses ne gagnèrent pas la bataille mais infligèrent de lourdes pertes à leurs ennemis. Les Grecs étaient d’ailleurs si dégoûtés d’avoir perdu tant de bateaux face à une femme, qu’ils offrirent une récompense élevée pour la capture de la reine. Mais personne ne réussit à la kidnapper. Elle était aussi bien connue pour son courage que pour son intelligence et sa grande beauté. Les observateurs de l’époque rapportent qu’elle avait une grande influence sur Xerxès, et on lui prête même une liaison avec le roi. Bref, c’était une femme plutôt badass pour l’époque.

Artémise

Artémise

Mais dans le film, Artémise, interprétée par Eva Green, ne colle pas à 100% à sa version historique. Usant du cliché narratif du « rape and revenge » (viol et revanche), les auteurs ont changé du tout au tout les origines de la reine. Simple gamine d’une cité-Etat qui voit sa famille être violée et tuée sous ses yeux, elle est enlevée par des soldats grecs qui l’utilisent comme esclave sexuelle avant de la laisser pour morte dans un port perse. Recueillie et soignée par un proche de la famille royale, assoiffée de vengeance, elle s’entraîne aux arts militaires jusqu’à devenir l’amirale favorite du roi. A la mort de ce dernier, elle manipule son fils, Xerxès, afin de le convaincre d’attaquer la Grèce pour faire de l’empire perse l’empire le plus puissant du monde, et surtout afin de tuer des Grecs pour se venger. Quand on sait qu’en réalité Artémise a tout fait pour empêcher Xerxès d’entrer en guerre contre la Grèce, ce retournement de situation paraît un peu superflu. Il est également triste de constater que les 3 scénaristes, parmi lesquels on retrouve Zack Snyder et Frank Miller, pas vraiment connus pour leur traitement subtile et juste de la thématique du viol, ont absolument tenu à faire d’Eva une martyre violée, puis plus tard battue par Xerxès. Quand on sait que le seule autre personnage féminin de la saga, la reine Gorgo, subissait également un viol dans le premier épisode, on peut légitimement penser que l’utilisation de cet élément biographique prend une dimension racoleuse et permet de créer du drama glauque à peu de frais.

300-rise-of-an-empire-eva-green

Artémise interprétée par Eva Green

De plus, si elle échappe à une armure hypersexualisée, Artémise ne s’en retrouve pas moins à moitié nue lors d’une scène de sexe absolument ridicule. Utilisant son pouvoir de séduction comme une arme, elle convainc un général grec de coucher avec elle pour le rallier à sa cause. Ils entament alors une relation sexuelle avec beaucoup de violence et le général finit par refuser son offre d’alliance. L’occasion pour le réalisateur de nous servir des gros plans sur les seins d’Eva Green, et de rabaisser l’intelligence stratégique de la reine à l’utilisation de sa seule plastique parfaite. Le seul moment du film qui semble un tant soit peu faire honneur à Artémise est son combat final contre le héros durant lequel elle est physiquement à égalité avec son adversaire. Mais voyant que son armée est en train d’être anéantie par la reine Gorgo venue venger son mari tué par les Perses, elle finit par se suicider en se jetant sur la lame de son ennemi. Si la vraie Artémise s’est probablement également suicidée, elle n’a commis son acte que plusieurs années plus tard après avoir gouverné avec brio la province qui lui avait été attribuée. Une fin anticipée qui n’arrange pas vraiment le traitement de l’héroïne, mais peut se justifier par le besoin de clore l’arc narratif du personnage.

Cate Blanchett incarne Rose Valland, renommée Claire Simone dans le film

Cate Blanchett incarne Rose Valland, renommée Claire Simone dans le film

L’autre personnage historique un peu maltraitée dans son film a vécu plus de deux millénaires après la reine Artémise. Rose Valland était en effet une résistante française lors de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la guerre éclate, elle travaille au musée de Jeu de Paume. Alors que les nazis pillent les oeuvres d’art du pays, Rose, contrainte de travailler pour eux, en profite pour les espionner. Elle consigne méticuleusement des informations sur chaque oeuvre volée : ancien propriétaire, destination, spécificités… Au péril de sa vie, Valland récupère des documents confidentiels, écoute aux portes et note tout. Elle fournira également des renseignements aux résistants afin que ceux-ci n’attaquent pas les trains transportant leurs propres oeuvres d’art. Sur la fin de la guerre, Rose Valland travaille avec les Américains puis devient officière dans l’armée française et part en Allemagne pour aider à récupérer les oeuvres confisquées. Elle témoignera également durant le procès de Nuremberg. Figure phare de la conservation de l’art européen lors de la guerre, elle recevra de nombreuses décorations de la part de la France, des Etats-Unis ou encore de l’Allemagne. Bref, Rose Valland a joué un rôle crucial dans la préservation de notre patrimoine et en tant que résistante.

Rose-Valland

Rose Valland

Si son rôle reste important dans Monuments Men, on regrette que son action n’ait pas été mise plus en avant. Par exemple, Rose Valland est elle aussi partie en Allemagne pour récupérer les oeuvres, alors que dans le film elle reste en France. D’autre part, et ça devient plus gênant, Rose Valland était vraisemblablement homosexuelle. Compagne de Joyce Heer, une employée de l’ambassade américaine, elle demanda même à être enterrée à ses côtés après plus de 20 ans de vie commune. Un fait que monsieur Clooney n’a pas jugé bon de prendre en compte, car il s’est empressé de lui coller une romance (déçue) avec un des Monuments Men. S’il est toujours délicat de conclure quelque chose de définitif sur l’orientation sexuelle d’un personnage historique, dans le doute, les scénaristes auraient probablement mieux fait de s’abstenir plutôt que de cacher plus ou moins volontairement l’homosexualité de Rose. Les personnes LGBT ont aussi participé à l’Histoire et les « effacer » ainsi symboliquement de nos récits historiques relève au mieux de l’ignorance, au pire de l’homophobie.

Si ces deux films auront eu au moins le mérite de mettre en scène deux figures historiques importantes mais méconnues du grand public, il y a encore du chemin à faire concernant la qualité de cette représentation. Quand on sait que les femmes représentent 1,6%* seulement des personnalités ayant droit à leur biographie dans les livres d’Histoire de nos lycées, la présence de personnages féminins historiques dans les produits culturels est donc un enjeu important, pour que le rôle joué par les femmes durant notre histoire soit reconnu et raconté à sa juste valeur. 

*Amandine Berton-Schmitt , Janvier 2005, « La place des femmes dans les manuels d’histoire du secondaire« , Observatoire de la Parité, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble

Publicités

Auteur : Red F0xx

Étudiante en marketing et communication, aime traîner sur l'interweb mondial, membre de l'Eglise de la Licorne Rose Invisible (Blessed Be Her Holy Hooves).

11 réflexions sur “Blockbusters & maltraitance des figures historiques

  1. A reblogué ceci sur Thinking Little Thoughtset a ajouté:
    Spoilers sur les films « 300 : Rise of an Empire » et « Monuments Men ».

    Quand on ajoute « Dallas Buyers Club » et son héros « revisité », ça fait deux films qui effacent l’homo/bisexualité de leurs personnages en quelques mois. Pas très glorieux…

  2. La scène de sexe avec le personnage grec est tellement … pathétique et inutile. Autant j’ai réussi à me détacher pour son histoire, son passé, autant à ce moment là je me suis bien facepalmé.

    Sinon pour s’éloigner un peu des figures historiques, j’ai trouvé le traitement des personnages féminins dans Captain America 2 plutôt bien réussi ! L’as-tu vu ?

    • Je suis totalement d’accord sur cette fameuse scène de sexe, qui a mis toute la salle de ciné bien mal à l’aise d’ailleurs !
      J’ai vu Captain America 2, et j’ai été justement un peu déçue par rapport aux personnages féminins. Ok, ils sont présents et ils ne sont pas hyper-sexualisés, mais au final Black Widow aurait pu être remplacée par n’importe quelle autre agent.e ça n’aurait rien changé. Je trouve malheureusement que son rôle n’était pas plus développé que ça malgré son grand temps d’écran. Malgré tout, j’ai bien aimé le film, et j’ai hâte de voir un film Marvel se concentrer vraiment sur un personnage féminin ! =)

      • Ah c’est sûr que ça aurait pu être mieux ! Mais comparé à son quasi absence dans Avenger, j’étais plutôt contente 🙂 (et il y avait l’autre soldate, dont le nom m’échappe, qui joue Robin Scherbatsky !). Bref, moi aussi j’ai hâte un Marvel digne de ce son nom centré sur un personnage féminin (le catwoman ne compte pas !). Ya Wonder Woman qui serait dans les cartons, mais je crains un peu …

  3. Très chouette article, merci de remettre les pendules à l’heure 🙂
    (quelques coquilles gâchent un peu la lecture cependant :/)

  4. En même temps, 300, dès le premier film, donnait déjà un portrait totalement faussé de l’ensemble du camp perse !
    Au point que mes amis iraniens préféraient de loin la parodie par South Park dans l’épisode de South Park “D-Yikes!”. Le portrait des iraniens dans South Park n’était peut-être pas flatteur, mais il était au moins assez pertinent pour que les iraniens avec un peu d’autodérision s’en amusent.
    La vision de 300… il n’y a rien de pertinent, en fait.

  5. Après le visionnage de Monuments men, je me suis dit que pour une fois on mettait un minimum à l’écran les actes d’une femme. Maintenant en connaissant d’avantage sa vie grâce à cet article je suis plutôt déçue de la minimisation de ses actes qui ont permis de conserver un nombre important d’œuvres !
    Et je pense qu’il n’était pas nécessaire d’ajouter au film une petite touche ( apparemment fausse ) d’amour. Mais qui sait, peut être qu’un jour il arrivera ce film consacré à une héroïne de guerre que l’on n’entichera pas d’un faux amour et qui pourra totalement faire acte de bravoure sans conséquences !

    chose à par je trouve que cet nouvel aspect de la guerre change des films vus, vus et revus.

  6. La bataille de Salamine, c’est n’est pas une défaite perse majeure? (et justement, Artémise avait conseillé de ne pas la mener, et Xerxès ne l’avait pas suivie là dessus) De plus, Artémise étant d’Halicarnasse, ce n’est pas une perse mais une grecque vassale des perses.

    • Bonjour, merci pour votre commentaire ! Je devais être fatiguée quand j’ai écris ma phrase, les Perses ont effectivement infligé de lourdes pertes aux Grecs mais n’ont pas gagné. Merci pour la précision concernant l’origine d’Artémise.

  7. « Quand on sait que les femmes représentent 1,6%* seulement des personnalités ayant droit à leur biographie dans les livres d’Histoire de nos lycées » Mais voyons, il faut accepter notre histoire et le fait que les femmes n’y ont pas contribué à part pour faire des bébés ! Tout le monde sait que les livres d’histoire sont 100% objectifs et pas un poil influencés par ceux qui les écrivent *second degré*

    Sinon je ne savais pas que la reine Artémise était une vraie personne ! Ce qui est triste c’est que plein de gens vont voir ce film et croire que c’est ça l’Histoire … Pour le reste je suis d’accord. C’est un peu soulant de se dire qu’à moins d’être animée par la haine et l’envie de vengeance envers les hommes, une femme ne peut pas être une stratège et une guerrière. C’est le même schéma pour la reine Gorgo qui au début du premier film est une épouse aimante et c’est tout. Surtout que l’histoire originale, même si peut-être pas vraie à 100%, aurait été bien plus intéressante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s