Les Dégenreuses

Blog féministe & geek

Le Crossplay Cosplay

17 Commentaires

crossplay cover

Un crossplay de Sailor Moon

Tous les geeks connaissent le principe du cosplay, celui de reproduire les costumes de ses héros préférés et de les porter généralement lors de conventions dédiées à nos univers favoris. Mais tous ne connaissent pas le crossplay cosplay ! Le crossplay cosplay est un sous-genre du cosplay, dont le principe est d’incarner un personnage opposé à son genre. Et bien entendu, cette pratique abordant les notions de travestissement et de confusion des genres, elle suscite forcément quelques réactions négatives. Petit tour d’horizon du crossplay cosplay !

1) Le crossplay cosplay, c’est quoi ?

Le crossplay cosplay désigne le fait de revêtir le costume d’un personnage dont le genre est opposé au sien. C’est à dire, pour une fille de se déguiser en garçon (FtM), et inversement (MtF). On peut distinguer plusieurs types de crossplay cosplay, et je considère qu’il y a en gros 3 catégories :

– Le crossplay « ironique » : la personne qui se déguise ne fait rien pour cacher son genre, ce qui crée un décalage qui se veut comique entre l’apparence traditionnel du personnage choisi et l’apparence finale du cosplayer. Par exemple, si un homme se déguise en Sailor Moon mais garde sa barbe et ne se maquille pas, on a affaire à un crossplay ironique, où le but est de surprendre et faire rire, pas de coller au plus près du personnage. Ce type de crossplay cosplay est assez répandu en convention.

5256ed02c51ff0_full

– Le crossplay de « re-création » : le cosplayer choisit d’inventer un double du genre opposé à un personnage existant, le costume est repris mais adapté pour mieux coller au genre du cosplayer, qui ne cherche pas à se travestir. Ce type de crossplay est aussi appelé crossplay « rule 63 » ou « genderswap ». Par exemple, une fille qui choisit de se déguiser en Loki ou en Thor (personnages masculins tirés du film Avengers) comme sur l’image ci-dessous. Ce type de crossplay est principalement pratiqué par des femmes, qui apprécient de se ré-approprier les personnages masculins issus des grandes franchises.

tumblr_mdaj6cBRmf1rkg3dto1_500

Mais on trouve aussi des versions masculines de personnages féminins emblématiques, comme cette Harley Quinn (tirée de l’univers Batman) revisitée au masculin :

tumblr_lno26nBgfy1qkevpno1_500

– Le crossplay cosplay classique : le cosplayer se déguise en un personnage du sexe opposé et cherche à recréer son apparence le plus fidèlement possible, ce qui implique donc de chercher à cacher les attributs de son genre. Par exemple si une femme choisit de cosplayer un personnage masculin, elle devra cacher sa poitrine. Dans cette vidéo, une crossplayeuse explique ainsi quelques astuces pour paraître plus masculine. Voici un exemple de femme cosplayant le personnage masculin Frodon tiré du Seigneur des Anneaux :

frodon

Pour un homme, il s’agira plutôt de chercher à gommer des traits masculins comme une barbe, et à se créer un corps plus féminin en créant une fausse poitrine par exemple. Le travail sur les gestes et attitudes permet aussi de renforcer l’illusion, comme dans la photo ci-dessous où l’on peut voir un garçon cosplayé en Chocola Meilleure, un personnage féminin tiré du manga Sugar Sugar Rune :

chocola_crossplay_by_feeracie-d4u6hec

On remarque que les très bons crossplayers peuvent facilement tromper un oeil non averti sur leur vrai genre, c’est là tout le défi du crossplay ! Le maquillage, les lentilles et les perruques permettent de faire des miracles.

57e0e54cc1e2dd5526db835290c502f8

Bien entendu, en dehors de ces 3 catégories, on peut imaginer toutes les sortes de nuances et d’entre-deux possibles qui font toute la richesse du crossplay cosplay.

2) Les réactions au crossplay

Avec la multiplications des conventions partout dans le monde et la démocratisation du cosplay, le crossplay se développe et on trouve facilement de plus en plus de crossplayers. Mais si les gens sont aujourd’hui habitués au cosplay classique, ce genre particulier de déguisement suscite parfois des réactions négatives ou du moins de l’incompréhension et des peurs.

Par exemple, les crossplayers doivent souvent faire face à des remarques sur leur supposée orientation sexuelle puisque vouloir se déguiser en une personne du sexe opposé serait un révélateur d’homosexualité. Les hommes en particulier sont « accusés » d’être gay, travesti ou transgenre. Bien entendu, la volonté de se crossplayer n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle ou le fait de se travestir au quotidien. De même, cela n’a aucun rapport avec le fait d’être une personne transgenre ou non. Ces réactions témoignent juste d’une homophobie et d’une transphobie latente, auxquelles il faut rajouter une bonne dose de sexisme. En effet, ce sont principalement les hommes choisissant de pratiquer le crossplay traditionnel ou ironique qui sont victimes de ces préjugés. Vous l’aurez compris, le problème vient du fait qu’il est considéré comme infamant, dégradant de porter des vêtements féminins et de se grimer en femme, ne serait-ce que le temps d’une convention. Nous l’avions déjà évoqué dans notre article consacré aux fans masculins de My Little Pony. Dans notre cas, on retrouve les mêmes mécanismes de rejet, principalement de la part des hommes d’ailleurs.

Un garçon crossplayé en Petit Chaperon Rouge

Un garçon crossplayé en Petit Chaperon Rouge

Il est ainsi fréquent de croiser sur les forums consacrés au cosplay des garçons souhaitant se cosplayer en fille, mais ayant peur du regard des autres. Si leur peur est tout à fait légitime, il est quand même rassurant de constater que la grosse majorité des réponses qu’ils reçoivent sont des encouragements et des mots rassurants.

Pourtant, au sein même du milieu « geek », on trouve parfois des réactions peu respectueuses. Par exemple, dans ce petit reportage réalisé par jeuxactu.com sur la JapanExpo 2012, les remarques du présentateur sur les crossplayers masculins paraissent déplacées.

Tout d’abord, il faut savoir que ce reportage a été intitulé « Les pires cosplays en vidéo« , avant que la rédaction ne change le titre pour « Les cosplays les plus rigolos » devant les huées des fans de cosplay. Il est donc intéressant de garder en mémoire que les images des crossplayers ont été intégrées dans un reportage initialement moqueur.

Pour revenir à l’attitude du présentateur, à deux reprises, il propose aux spectateurs de deviner « qui est la fille ? qui est le garçon ? » parmi deux personnes de dos, bien entendu sans prévenir les cosplayers à l’avance et dans une optique un brin moqueuse. Ça se passe à 0:40 et à 5:39. Puis, alors que le premier crossplayer explique qu’il a choisi tel personnage féminin car c’est son préféré, le présentateur demande en insistant « Mais il y avait pas de personnages masculins pour que tu puisses te déguiser ? » (1:20) comme si le fait qu’un homme souhaite incarner un personnage féminin juste parce qu’il apprécie ce personnage était incongru. Ensuite, lorsqu’il aborde le deuxième crossplayer (qui incarne la version masculine d’un personnage féminin – donc qui ne cherche pas à paraître féminin), il lui demande si son costume est une volonté de « révéler sa personnalité *clin d’oeil*  » (6:18), sous-entendu de révéler sa supposée homosexualité. Le crossplayer répond avec humour que c’est seulement pour le fun. Car, oui, les crossplayers font ça pour s’amuser, de la même manière que tous les autres cosplayers ! Vous remarquerez aussi que le présentateur de jeuxactu ne se gêne pas pour nous gratifier d’un peu de sexisme, puisqu’il se permet des remarques sur les seins et les fesses de plusieurs cosplayeuses avant de terminer son reportage par un « Je sais ce que vous attendez tous : des boobs, des fesses, hé bien fesse-tival tout de suite sur jeuxactu !« . Tout un programme.

3) Crossplay et genre

Outre révéler certaines peurs et certains préjugés malheureusement encore ancrés dans notre culture, le crossplay permet de s’interroger sur les notions de genre, sur ce qu’est le masculin et le féminin, et sur leur représentation dans notre pop-culture actuelle.

Le crossplay cosplay classique démontre ainsi que mettre en place l’apparence liée traditionnellement à un genre ou à un autre est une bien performance. Puisqu’un cosplayer en général exécute une performance, au sens artistique du terme, un crossplayer performe non seulement un autre personnage mais un autre genre. Utiliser du maquillage, affiner ses hanches, se créer une fausse poitrine, porter une perruque ou les cheveux longs et des chaussures à talons : il suffit parfois de quelques artifices pour qu’un homme donne l’illusion du genre féminin. Idem dans l’autre sens : quelques ombres sur le visage, une poitrine bandée, des cheveux courts et une femme peut aussi faire illusion. Les forums de crossplay regorge de conseils pour apprendre à se créer de faux seins ou à aplatir une poitrine, mais aussi pour apprendre à se comporter « comme une fille » ou « comme un garçon ». Le fait que les crossplayers arrivent à se faire passer pour le genre opposé avec une certaine facilité bouleverse nos a priori sur la question du genre. On devine ainsi que le genre est bien une construction, et que ce que nous considérons comme une apparence masculine ou féminine est en fait un ensemble de critères esthétiques plus ou moins arbitraires que les deux sexes, masculin comme féminin, peuvent plus ou moins aisément remplir. Le genre se révèle donc comme une performance, ce que l’exemple du crossplay permet de comprendre et de révéler.

Une version féminine de Batman

Une version féminine de Batman

D’une autre manière, les femmes décidant de créer une version féminine d’un héros soulignent aussi la performance du genre. Il est frappant de constater que ces versions féminines pousse généralement les indicateurs de « féminité » assez hauts. Corsets, jupons, cuisses et ventre largement dévoilés, talons hauts, résille, longs cheveux bouclés, vernis à ongle et rouge à lèvres : tout y est ! Au premier coup d’oeil, on sait qu’on a affaire aux personnages féminins que l’on trouve classiquement dans notre pop-culture. Les crossplayeuses montrent encore une fois qu’une apparence féminine se construit à l’aide d’artifices. Corps modifiés par les corsets et talons, couleurs naturelles rehaussées par le maquillage : il est fort probable que ces femmes ne mettent pas tout ceci en place au quotidien. En faisant autant d’effort pour paraître si féminines le temps d’une convention, les crossplayeuses soulignent de nouveau le fait que le genre est bien une véritable performance. Et soulignent également que l’apparence des personnages féminins que l’on retrouve dans la pop-culture ne correspondent pas à l’apparence qu’une femme peut avoir dans son quotidien de la vraie vie.

De plus, comme l’explique cet article de Charlie Jane Anders, on peut aussi considérer que les femmes qui réinventent des versions féminines de personnages masculins adressent plus ou moins consciemment une critique féministe à la pop-culture. Ainsi il est très fréquent de croiser en conventions des héros et méchants emblématiques revus au féminin : Captain America, le Joker, le Comédien, Hell-Boy, Thor, Iron-Man… Tous ces héros ont eu droit à leurs films grand public et les femmes fans de ces personnages ont eu envie de se les approprier, montrant au passage qu’elles constituent aussi un public légitime de ce genre de production culturelle. Et révélant aussi en creux la cruelle absence de personnages de super-héroïnes ayant un rôle principal sur grand écran.

Le Joker, Captain America et Le Comédien au féminin

Le Joker, Captain America et Le Comédien au féminin

Il est aussi marrant de constater que si les créations des fans sont souvent assez sexy, certains costumes sont aussi au contraire plutôt couvrant et pratique, la preuve qu’il peut y en avoir pour tous les goûts niveau costume !

La pratique du crossplay n’est donc pas si anodine dans notre société actuelle dans le sens où elle permet de mettre en lumière plusieurs facettes de nos idées reçues sur le genre, et sur la manière dont les gens réagissent face aux personnes qui brouillent les limites entre ces genres. Mais s’il existe des personnes qui acceptent mal le crossplay, il faut noter que la majorité des fans de cosplay est plutôt open à ce niveau-là. Il faut dire qu’entre l’influence de l’esthétique bishônen et l’immense liberté de création dont font preuve les fans que ce soit en terme de fanfiction et de fanarts en général, les communautés que l’on peut croiser en conventions sont en général assez tolérantes. Et c’est tant mieux !

Et vous, pratiquez vous le crossplay ? Qu’en pensez-vous ?

Une version masculine du costume d'esclave de Princesse Leïa dans Star Wars

Une version masculine du costume d’esclave de Princesse Leïa (Star Wars)

Publicités

Auteur : Red F0xx

Étudiante en marketing et communication, aime traîner sur l'interweb mondial, membre de l'Eglise de la Licorne Rose Invisible (Blessed Be Her Holy Hooves).

17 réflexions sur “Le Crossplay Cosplay

  1. Billet très sympa 🙂 sur un blog que je découvre.

    Sinon pour info, Loki et Thor ont eu des épisodes transgenres dans leur histoire ! ça n’a rien de surprenant de les incarner en version féminine.

    Suite à la bataille de Ragnarök, les esprits d’Asgard ont du trouver refuge dans des hôtes humains. Loki a d’abord été pris au piège dans un corps mourant puis dans celui d’une femme, le corps de Lady Sif.

    Thor aussi a été transformé en nana dans la série What If. Cf http://www.tgfa.org/comics/thor/thor.htm

    Bises !

    • Merci pour votre commentaire ! Je ne savais pas que Loki et Thor avaient été « réincarnés » en femme à un moment de leur histoire, les créateurs de comics ont de l’imagination ^^

    • De même pour Duela Dent qui est un personnage à part entière (dernière « Joker fille ») et Iron Man en fille, qui est une « Ironette » apparue comme étant une danseuse pour un show de Tony Stark dans les films Iron Man.

      (on est relouuuus)

      • Pas de problème, merci pour les corrections ! Il est d’ailleurs intéressant de noter que ces cosplay sont trouvables sur le net en tant « crossplay » tant ces personnages féminins, en particulier Duela Dent, ne sont pas assez connues. Je rectifie =)

  2. J’aime beaucoup le couple inversé Joker / Harley Quinn. Ainsi que la version féminine Batman.

    Je me permet une petite remarque. Je cite :

    « On devine ainsi que le genre est bien une construction, et que ce que nous considérons comme une apparence masculine ou féminine est en fait un ensemble de critères esthétiques plus ou moins arbitraires que les deux sexes, masculin comme féminin, peuvent plus ou moins aisément remplir. »

    Je pense que tu parles des « caractères sexuelles tertiaires ». Effectivement il est est totalement arbitraire et idéologique de dire que les talons aiguilles et le maquillage sont féminins et les armures intégrales masculins.

    En revanche, les genres en eux même ne sont pas des constructions idéologiques. Les caractères sexuels primaires et secondaires existent.

    En revanche il faut combattre les idéologies qui placent le genre là où il n’a pas à intervenir. La politique, l’éducation, le journalisme, le Jeu vidéo, le marketing, la science, la littérature, etc…

    • Merci pour votre commentaire ! Effectivement, je ne parlais pas dans cette phrase des caractères sexuels primaires et secondaires. Nous sommes d’accord sur le dernier point =)

  3. Des billets toujours originaux sur les réflexions féministes : on dévore ! et on dit merchi aussi ^^

    J’apprécie beaucoup la manière dont tu expliques l’impact de la construction du genre à travers ce « travestissement » de soi destiné à incarner quelqu’un d’autre… Ce que le journaliste de jeuxactu n’a décidément pas capté…

    Il est difficile de faire admettre d’ailleurs qu’un personnage féminin puisse être un « personnage préféré », il le prouve également. C’est quand même dingue de constater que selon certains, une femme ne peut être admirée pour autre chose que sa plastique ou un potentiel rôle de plante verte. Voilà qui remet bien en perspective la représentation qu’on donne des femmes, et celle qu’ont bon nombre de personnes.

  4. Soupir de désespoir, le garçon déguisé en chaperon rouge a des jambes magnifiques …

    Par contre je trouve ça super intéressant la réappropriation des héros masculins par les femmes (le crossplay de batman est superbe !)

  5. Le Joker dans l’avant-dernière image, bah c’est pas le Joker en fait. C’est un autre personnage dont j’ai oublié le nom (je ne sais même pas à quel fandom elle appartient, d’ailleurs, mais j’avais vu un post sur un tumblr de quelqu’un se moquant d’une cosplayeuse, en disant justement que « faire un cosplay steampunk du Joker pour montrer tes seins, franchement, c’est n’importe quoi » etc. J’essaierais de retrouver le nom.).

    • Merci pour votre commentaire ! Pour le personnage du Joker, vous avez raison. En effet, dans cette vidéo ( http://youtu.be/Zjvp0FtFGsI ) on voit cette cosplayeuse et lorsque les organisateurs annoncent qu’elle a gagné, ils l’appellent « Steampunk Joker », ce qui m’a induite en erreur, mais après recherche il s’agit bien de Duela Dent ! Au temps pour moi, je rectifie =)
      Et effectivement, ce commentaire sur Tumblr semblait totalement désobligeant, les cosplayeuses portent bien ce qu’elles veulent.

  6. Pingback: Rôles de genre | Pearltrees

  7. Merci pour l’éclairage que vous apportez sur cette pratique. J’étais une crossplayeuse sans le savoir ! Puisse votre article ouvrir l’esprit du plus grand nombre!

  8. SympA ton Article, on voit que tu es renseignée & que tu As l’esprit ouvert^^(plus que bien des hommes en tout cAs); dAns mon cAs, je crossplAye chAque Année en lycéenne jAponAise (bAs, jupe plissée, bAllerines noires & chemisier blAnc), c’est plutôt du semi-crossplAy puisqu’on se met dAns lA peAu des lycéennes jAps en générAl, mAis pAs dAns celle d’un perso précis… sinon je dirAis que je suis dAns le cAs du crossplAy ironique bien qu’AyAnt des trAits fins pour un gArçon, je ne ressens pour mA pArt, pAs le besoin de mettre des perruques ou du mAquillAge, çA doit être dû Au fAit que j’Ai une silhouette fine pour un gArs, qui sAit. de toute fAçon, il en fAut pour tous les gôuts, et tu As rAison, les gens qui rejettent le crossplAy m 2 f sont « étrAngement » d’Autres hommes, mAcho & co, les mêmes qui jouent les don juAns, il y en A toujours pour fustiger, cqfd.

  9. P.S: outre lA question du crossplAy, je pense que nous Avons forcément une pArt de mAsculin chez les femmes et de féminin chez les hommes, visible ou non, forte ou fAible.

  10. Op, j’ai découvert cette pratique via cette article : l’article est intéressant et plutôt juste dans son approche je trouve. Du coup merci, bien que je ne pratique pas j’aurais un regard différent dessus.

    Ah, et je suis étonné de certains crossplay d’homme (enfin un homme en femme)… bien que la morphologie aide (la finesse des jambes du chaperon rouge ou la finesse des épaule de « la japonaise » au cheveux rose), c’est en effet troublant/efficace ! o_o

    Ah, juste, concernant les talons : ça soulève vos fesses chères demoiselles (et attire du même coup le regard), et c’est bien quelque chose vers laquelle on est attiré, rien que pour l’aspect reproductif…
    je ne pense pas qu’il ne s’agisse que d’une affaire de « convention » comme j’ai pu le lire, il y a aussi autre chose il me semble !

    • Je suis contente de vous avoir fait découvrir cette pratique =)
      Par contre concernant les talons, sachant qu’ils étaient aussi (et surtout) portés par les hommes, notamment au 18ème siècle, je pense effectivement que c’est un élément culturel qui a évolué pour passer d’un signe de richesse à un signe rattaché à la féminité. Ce glissement de symbolique s’est opéré (en gros) au cours du 19ème lorsque la mode masculine s’est assagie alors que la mode féminine est restée plus complexe dans ses ornementations. Aujourd’hui les talons féminins ne sont plus cachés par les grandes robes et permettent donc donner au corps une certaine posture, qui est valorisée dans notre société et considérée comme « sexy » chez les femmes. Mais j’y vois surtout une convention sociale construite plutôt qu’un élément « naturel » ou « biologique ».

  11. Trés sympa et instructif cet article ^^

    J ai appris beaucoup de chose et, moi qui voulais faire un crossplay, j avoue que je suis mieux préparée et informer, je me doutait que parfois les hommes se prenais des réflexion mais maintenant je sais qu’en tant que femme je vais aussi m en prendre mais le crossplay ca reste comme le crossplay, une passion, quelque chose de conviviale enfin… ^^ il me reste plus qu’a me changer en homme le temps d’un convention.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s